• Pogostémon

    Nom scientifique : Pogostemon erectus

    Nom vernaculaire : Pogostémon

    Origine : Kerala (Inde)

    Taille : 10 cm à 30 cm

    Croissance du végétal : Moyenne. Sa croissance demande des conditions de maintenance particulières et à respecter ; luminosité importante ainsi que des injections permanentes de CO2.

    Luminosité : Extrême. La luminosité doit constamment rester importante afin de pouvoir conserver la vigueur du feuillage.

    Substrat : Mélange compact de gravier de dimensions diverses, de sable de rivière et de terreau pour aquarium ou sous forme de granulés.

    Emplacement dans l'aquarium : Arrière-plan de l'aquarium

    Reproduction du végétal : Reproduction asexuée (ou végétative) par division des tiges (bouturage naturelle ou par la main de l'homme). Les futures boutures doivent être sectionnées, de préférence, au niveau de la tête où se trouve le méristème bien que des tronçons de tige peuvent faire l'affaire. Les tiges sectionnées bourgeonnent facilement.

    Température de l'eau : 22°C à 28°C

    Dureté de l'eau : 5 °d GH à 25 °d GH

    pH : 6,5 - 8

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Mycose cotonneuse

    Nom scientifique : Apiosoma / Epistylis

    Nom vernaculaire : Mycose cotonneuse

    Classe : Protozoaire

    Type : Parasite

    Symptôme(s) : Masses cotonneuses et blanchâtres présentes sur les blessures ou les plaies ouvertes au niveau de la peau ou des muqueuses cutanées. N'importe quelle partie du corps peut présenter l'infection mais les nageoires et la tête sont les zones les plus touchées.

    Les parasites se logent dans la plaie et en empêche la cicatrisation ce qui peut provoquer d'autres infections bactériennes.

    Cause(s) : Infection parasitaire à la suite d'une blessure ou d'une plaie ouverte, offrant une porte ouverte aux bactéries et aux infections.

    Traitement(s) préventif(s) : Le produit de conditionnement SERA aquatan peut aider à prévenir l'infection des petites plaies.

    Traitement(s) curatif(s) : En cas d'infection sérieuse ou aiguë, l'utilisation du produit SERA costapur peut s'avérer efficace contre les parasites. Pendant le traitement, l'éclairage du bassin doit être coupé afin d'assombrir l'eau et mieux éviter un stress des poissons.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Discus de Heckel

    Nom scientifique : Symphysodon discus

    Nom vernaculaire : Discus de Heckel

    Famille : Cichlidés

    Longévité : 10 ans, voire plus.

    Taille : - Mâle : 15 cm à 20 cm

                 - Femelle : 15 cm à 20 cm

    Origine : Amazonie

    Comportement : C'est un poisson vivant d'instinct en groupe, d'au minimum 6 à 8 individus. Un individu seul peut souffrir de solitude et va se sentir guère en sécurité.

    L'espèce cohabite, dans son milieu naturel, avec ses nombreux cousins comme Symphysodon aequifascitus et Pterophyllum scalare. Vivant dans les eaux noires et les rivières à faibles profondeurs, l'aquarium doit comporter une profondeur ne dépassant pas un mètre et une décoration composée de racines d'arbres immergées et éventuellement, d'une couche de feuilles mortes (Quercus robur ou Fagus sylvatica) à renouveler toutes les 2 semaines.

    Alimentation : Omnivore, à grande prédominance carnivore. L'espèce chasse des invertébrés aquatiques, des insectes et des crevettes, et peut occasionnellement consommer des algues vertes.

    Maintenu en captivité, les poissons pourront être nourris avec des crevettes, des larves de moustiques, des gammares et des insectes comme des drosophiles ou des mouches de mai.

    Reproduction : Le dimorphisme sexuel est assez délicat, voire même impossible en dehors de la période de reproduction.

    Le meilleur moment pour le frai sous les latitudes occidentales se situe entre novembre et début février, ce qui correspond au début de l'été et à la saison des pluies dans son aire d'origine.

    Au moment de la formation du couple, la femelle présente un comportement de soumission, qui permet une identification des sexes. Les mâles montrent un comportement agressif entre eux.

    Les soins prodigués à la couvée ainsi qu'aux alevins par les parents est spectaculaire ;

    • Les parents surveillent la couvée à tour de rôle et l’aère en permanence par des mouvements de nageoires de va-et-vient tout en évitant les dépôts de vase et de sédiments sur les œufs.
    • Les œufs non fécondés blanchissent et sont éliminés par le couple ainsi que tout corps étranger se trouvant dans le nid.
    • Comme Pterophyllum, les parents aident les alevins à sortir de leurs œufs en les mâchouillant doucement.
    • Les alevins sont rassemblés dans un lieu sûr et aménagé par leurs parents.
    • Les alevins se nourrissent d'un mucus, riche en acides aminés et en protéines, secrété au niveau de la tête et du flanc des parents. Ce mucus est indispensable à la survie des alevins.

    Zone de vie : Tout l'aquarium

    Température de l'eau : 25°C à 31°C

    Dureté de l'eau : 1 °d GH à 6 °d GH

    pH : 5 - 7,5

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Pourriture bactérienne des branchies

    Nom scientifique : Flavobacterium columnare / Chondroccus columnaris

    Nom vernaculaire : Pourriture bactérienne des branchies

    Classe : Bactérie

    Type : Infection

    Symptôme(s) : L'infection débute par l'apparition de tâches blanchâtres au niveau des opercules et de la bouche, ainsi que sur les nageoires. Ces tâches évoluent au fur et à mesure pouvant provoquer de sérieuses hémorragies, et les branchies présentent des tâches de nécroses jaune-orangé et se décolorent. Les nécroses attaquent les branchies, en allant des lames branchiales vers la base, et peut même aller jusqu'à infecter le cartilage.

    Des lésions laiteuses peuvent infecter la peau et la zone muqueuse, pouvant recouvrir jusqu'à 30% du corps du poisson. Le mucus protecteur de la peau est détruit et peut faciliter d'autres infections. Au stade terminal, les lésions peuvent recouvrir une bonne partie du corps du poisson et les branchies sont complètement décomposées.

    Chez les juvéniles, la mort intervient rapidement sans même que les lésions externes n'apparaissent. Chez les spécimens adultes, la mort intervient, généralement, au bout du troisième jour après l'infection.

    Cause(s) : L'infection apparaît, souvent, par un réchauffement de l'eau bien que les attaques bactériennes peuvent se dérouler à une température comprise entre 8°C et 30°C. Divers facteurs comme la carence alimentaire, la pollution de l'eau, la surpopulation, le stress ou une mauvaise maintenance peuvent être des conditions favorables pour la maladie.

    De nombreux poissons sont des porteurs sains et constituent donc un réservoir de bactéries mais la survie de ces derniers est souvent limitée à 3 jours dans une eau chaude à 20°C et plus de 2 semaines dans une eau calcaire ou riche en matière organique en décomposition dans une eau chaude.

    Traitement(s) préventif(s) : Le mieux est, avant tout, d'éviter une surpopulation de l'aquarium et de maintenir les poissons dans des conditions parfaites afin d'éviter tout facteur pouvant faire surgir la bactérie.

    Traitement(s) curatif(s) : Un traitement antibiotique à base de néomycine peut être administré avec une dose de 2 / 4 grammes pour 100 litres d'eau pendant 3 jours avec un changement d'eau de 50 %.

    Un traitement à base de pénicilline est éventuellement possible en prenant compte d'une dose de 2 milligrammes pour 100 litres d'eau pendant 24 heures.

    Durant le premier stade de l'infection, l'utilisation de sulfate de cuivre ou plongez les poissons dans un bain, de courte durée, avec du chlorure de sodium ou du chlorure de benzalkonium peuvent se montrer efficace.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire