• Discus commun

    Discus commun

    Nom latin : Symphysodon aequifasciatus

    Nom vernaculaire : Discus commun

    Famille : Cichildés

    Longévité : 10 à 15 ans

    Taille : - Mâle : 15 cm à 20 cm

                - Femelle : 15 cm à 20 cm

    Origine : Amazonie

    Comportement : C'est un poisson pacifique, plutôt calme et grégaire. Il peut parfois se montrer territorial et hiérarchique en groupes massifs.

    Tout comme Pterophyllum scalare, un proche cousin, l'espèce habite les eaux ambrées et à courants presque nulle. La couleur de l'eau rappelle celle du thé noir à cause de l'acide tannique présent dans le bois immergé et la matière organique en décomposition dans l'eau (branchages, feuilles mortes, humus, ...). C'est un poisson appréciant les grands espaces avec beaucoup de racines d'arbres immergées / submergées et une végétation qui peut varier : allant à une quasi absente de végétation à une véritable forêt aquatique. Une bonne oxygénation de l'eau est requis pour sa maintenance.

    Discus commun

    Rivière d'eaux noires d'Amazonie, qui constitue l'habitat naturel de Symphysodon aequifasciatus ainsi que de Pterophyllum scalare, Symphysodon discus et de nombreux Apistogramma.

    Il peut cohabiter avec divers cichildés amazoniens (ApistogrammaPterophyllum, ...) ou des plus petites espèces de poissons comme Hemigrammus. Une cohabitation avec des crevettes d'ornements et des espèces d'escargots aquatiques, de petite taille, est risquée car les mâchoires du discus sont suffisamment puissantes pour briser leurs carapaces / coquilles et subir une prédation ; en revanche, les espèces d'escargots plus grandes seront épargnées.

    Dans leur milieu naturel, l'espèce cohabite très souvent avec son cousin Pterophyllum scalare, d'autres cichlidés amazoniens comme Apistogramma et Mikrogeophagus et de plus petites espèces telles que Hemigrammus.

    Alimentation : Carnivore. L'espèce chasse majoritairement des invertébrés aquatiques telles que les larves de moustiques et les gammares. Du zooplancton, des insectes et des petites crevettes viennent compléter son régime alimentaire.

    Contrairement à son cousin Pterophyllum scalare, ce poisson ne dévore que rarement les alevins des autres poissons.

    L'espèce ayant besoin de beaucoup d'énergie sous forme de protéines, il peut donc être nourri avec des larves de moustiques, des gammares, des vers de vase rouge, du poisson (pas de poisson gras) et du cœur de bœuf mais sans excès.

    Attention : De nombreux éleveurs et amateurs nourrissent leurs discus avec du cœur de bœuf émincé ; à noter que les discus aiment manger de la viande fraîche, bien qu'ils peuvent facilement grossir en raison de la forte teneur en graisses et en protéines de l'aliment. À forte dose, le cœur de bœuf peut se montrer nocif pour la santé des poissons ; cette aliment pouvant contenir d'éventuels bactéries, protozoaires et agents pathogènes ainsi que le fait qu'il soit mal digéré par l'organisme, qui peut mener à des perturbations digestifs et intestinaux. Ces perturbations peuvent favoriser l'apparition de maladies, de parasites et de bactéries.

    Reproduction : Une fois formé, le couple choisit un support de ponte (le plus souvent une racine d'arbre immergée) et le nettoie correctement. Lorsque le nettoyage est terminé, le couple commence à s'accoupler et la femelle va commencer à pondre entre 100 et 300 œufs.

    Les œufs mesurent moins de 2 millimètres de diamètre. Le couple va protéger la couvée jusqu'à éclosion quelques jours après la fécondation.

    Les alevins restent toujours près de leurs parents et se nourrissent, pendant les premiers jours après la naissance, d'un mucus particulier et très riche en protéines (jusqu'à 70 %) sécréter par l'épiderme à la fois du mâle et de la femelle. Ce mucus est secrété directement après que les premiers alevins soient nés. Ce mucus énergétique contient non seulement des protéines mais également de nombreux acides aminés tels que la lysine, des enzymes tels que le fructose-biphosphate aldolase et le nucléoside diphosphate kinase, des antioxydants et des protéines sucrées qui remplissent un rôle de protection contre les infections et les bactéries, à la fois aux alevins et aux parents géniteurs. Sans ce mucus, les alevins n'ont aucune chance de survivre.

    Vers la fin de la première semaine, les alevins s’intéressent de moins en moins au mucus de leurs parents et commenceront à chasser du zooplancton. Ils pourront donc être nourris avec des nauplius d'artémias, peu après la nage libre.

    Zone de vie : Tout l'aquarium

    Température de l'eau : 28°C à 32°C

    Dureté de l'eau : 1 °d GH à 10 °d GH

    pH : 4,5 - 6,5

     

     

    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :